L’atomiseur reconstructible (ou réparable) est un système qui vous laisse la possibilité de refaire vous-même vos résistances, suivant plusieurs montages.
C’est la personnalisation de votre vape, « le Saint Graal ».

On connait les résistances amovibles et remplaçables où il suffit de dévisser l’ancienne pour en remettre une nouvelle… Il est aussi possible de construire par ses propres moyens cette « même résistance ».

Mais les résistances sur les clearomizers sont souvent très petites et difficile à manipuler, c’est pourquoi il existe des systèmes techniquement plus accessibles appelés : atomiseurs reconstructibles.

Il existe deux grandes familles d’atomiseurs reconstructibles :
le type « Tank »
le type « Dripper »

Qu’est ce que L’atomiseur reconstructible « Tank »?

« Tank » ou « Réservoir » signifie que l’atomiseur reconstructible dispose d’un réservoir d’ e-liquide.

Tout comme un clearomizer, il y a une mèche ou coton qui absorbe le e-liquide présent dans le réservoir avant de l’amener sur la résistance. Outre le système de dépression, chaque mèche possède une certaine capillarité qui « aspire » le e-liquide. Une fois la mèche imbibée, le e-liquide s’échappe sous forme de vapeur au contact de la résistance (fil résistif).

L’atomiseur reconstructible Tank peut accepter différents types de montages.

Par exemple: le montage avec de la fibre de silice qui, torsadée ou tressée, s’apparente à une cordelette blanche. Il existe aussi le montage de type Genesis qui demande plus de patience, il se réalise avec du Mesh (ou tissu d’acier). Il existe également le montage de type coton, relativement délicat à travailler, il nécessite un remplacement régulier. Ce dernier étant souvent le plus pratiqué.

L’atomiseur reconstructible « Dripper » , « Drip », en Anglais, peut signifier « goutte à goutte ».

Même si le principe d’évaporation de votre liquide reste identique entre un Dripper et un atomiseur reconstructible Tank, le Dripper est un système qui ne contient pas de réservoir. Il est de ce fait souvent plus petit (moins large et/ou moins long).

Le Dripper a été conçu pour la dégustation de juices. Les vapeurs ont transformé son usage en machine à fumer avec l’apparition du « power vaping » et « cloud chasing ».

Important : que ce soit sur un atomiseur reconstructible Tank ou Dripper, le flux d’air (ou airflow) est crucial. Il faudra TOUJOURS que la résistance soit au plus près de l’entrée d’air.

Une résistance éloignée vous donnera un hit (sensation en gorge) trop important et désagréable, ainsi que peu de vapeur. A l’inverse, une résistance proche de l’airflow engendrera une vapeur abondante avec un hit légèrement plus faible.

Le fil résistif :

Pour refaire la résistance d’un atomiseur reconstructible, il faut une partie chauffante que l’on appelle fil résistif. Ce fil permet au e-liquide présent sur votre mèche de s’évaporer. Il existe plusieurs types de fils résistifs (Kanthal, Inox, Nichrome…) qui se mesurent en fonction de leurs diamètres.
Vendu sous forme de bobines, vous trouverez généralement un diamètre de fil compris entre 0.15mm et 0.35mm, le plus utilisé reste le 0.2mm !

Plus votre fil résistif est gros, plus sa résistivité est faible (proche de 0Ω), il chauffe plus rapidement et plus fortement qu’un fil plus fin. On mesure la résistivité d’un fil résistif en Ω/m (Ohms/mètre), prenons l’exemple d’un Kanthal A1.

L’alliage utilisé joue également un rôle important dans la résistivité, un fil de type Kanthal 0.20 ne donnera pas la même résistivité qu’un fil en Inox ou en Nichrome.

En résumé, plus le diamètre du fil est gros, plus il sera destiné à faire des résistances basses.

Le Fil non résistif :

Le fil non résistif (en Nickel) peut être considéré comme une simple jonction, il n’a pas pour objectif de chauffer, il est rarement utilisé ! Le fil non résistif conduit le courant jusqu’à la limite du fil résistif (sur certains atomiseurs reconstructibles) pour éviter les points chauds.

Le point chaud est l’ennemi du reconstructible, il apparaît lorsqu’une partie de la résistance chauffe anormalement. Il est possible de le détecter quand une partie du fil résistif ne touche pas la mèche, ou quand votre fil résistif est dans le vide (entre la fin de la mèche et la connectique).

Le repérer est relativement facile, la partie du fil résistif sera soit d’un rouge trop vif, soit rouge lorsque votre mèche est imbibée de e-liquide. En mode « production », c’est à dire avec un atomiseur reconstructible armé de e-liquide et prêt à être vapoté, il ne faut jamais que le fil résistif rougisse, surtout sur un point en particulier.

Un point chaud sur votre résistance entraine un mauvais goût, l’objectif du fil non résistif est de supprimer la distance comprise entre votre connectique et la première (et dernière) spire autour de votre mèche, il doit simplement jouer le conducteur quand le Kanthal est « dans le vide » !

meche atomiseur reconstructible

La mèche est la partie de l’atomiseur reconstructible qui assure l’alimentation de la résistance. Elle absorbe le e-liquide et lui permet de s’évaporer lorsque celui ci est placé entre les spires du fil résistif.

Il existe 3 grandes familles de mèches pour atomiseur :

La mèche en coton:

D’une capillarité relativement « moyenne », la mèche coton est souvent utilisée pour réaliser des montages de type micro-coil : petites spires collées les unes contre les autres. Sa malléabilité permet de faire passer le coton dans de petits endroits.

L’avantage de l’utilisation du coton est le rendu des saveurs qui peut être amélioré par rapport à une fibre ou un Mesh…

La mèche en fibre de silice :

Nous parlons seulement de la mèche en fibre de silice, la fibre de verre employée pour refaire les résistances est soumise à débat (elle est naturellement cassante et « comporte potentiellement un risque d’inhalation »…).

La fibre de silice est torsadée ou éventuellement tressée pour donner l’apparence d’une « cordelette blanche », similaire à celle que l’on voit dans les clearomizers.

La mesure de la fibre de silice (ou fibre de silica) est assurée en mm en fonction de son diamètre, la taille la plus fréquente est de 2mm mais on peut aussi trouver du 1mm ou du 3.5mm. Il est commun de mettre 2 brins pour construire une mèche, il suffit alors de faire les spires autour des 2 brins une fois superposés.

Les spires de votre Kanthal peuvent être égalisées sans risque de détériorer la mèche de silice.

Le Mesh :

Le tissu d’acier inoxydable de type Inox 316L, est généralement proposé sous forme de feuilles (format A4 – A5 ou A6…), il est réputé pour sa grande capillarité et robustesse.

Le Mesh est mesuré en fonction de son nombre de fibres par pouce ; par exemple le repère #200 est donné pour du 200 fibres par pouce. Il existe aussi du Mesh #325 – Mesh #400 ou encore du Mesh #500.

Etant donné que le Mesh est en Inox, le dry-burn peut être réalisé sans contrainte !

On parlera d’un montage de type Genesis lorsque l’on décide de construire « une mèche » en Mesh. Sommairement, un montage Genesis consiste à enrouler le Mesh sur lui même pour former un tube d’Inox fortement serré. Pour vous donner une idée, il faut prendre environ 9cm de longueur (env. 4-5cm de large) de Mesh #200 pour réaliser votre mèche qui fera entre 2 et 3mm de diamètre. L’oxydation du Mesh au chalumeau est aussi une étape importante suivant le montage que l’on souhaite réaliser.

Le Mesh est un tissu d’acier inoxydable de type Inox 316L, généralement proposé sous forme de feuilles (format A4 – A5 ou A6…), il est réputé pour sa grande capillarité et robustesse.

Le Mesh est mesuré en fonction de son nombre de fibres par pouce ; par exemple le repère #200 est donné pour du 200 fibres par pouce. Il existe aussi du Mesh #325 – Mesh #400 ou encore du Mesh #500.

Etant donné que le Mesh est en Inox, le dry-burn peut être réalisé sans contrainte !

On parlera d’un montage de type Genesis lorsque l’on décide de construire « une mèche » en Mesh. Sommairement, un montage Genesis consiste à enrouler le Mesh sur lui même pour former un tube d’Inox fortement serré. Pour vous donner une idée, il faut prendre environ 9cm de longueur (env. 4-5cm de large) de Mesh #200 pour réaliser votre mèche qui fera entre 2 et 3mm de diamètre. L’oxydation du Mesh au chalumeau est aussi une étape importante suivant le montage que l’on souhaite réaliser.

Conseil des Dandys:

pour des raisons de praticité et d’aisance dans la construction de résistances sur les atomiseurs reconstructibles, nous vous conseillons le matériel suivant :

Coupe ongle (gros format) : pour couper le fil résistif et la fibre
Ciseaux : pour couper le Mesh et éventuellement le fil et la fibre
Support Ohmmètre (idéal) : pour tester la valeur de vos résistances avant de la mettre sur votre Mod ou batterie mais aussi pour détecter un éventuel court circuit
Multimètre : à défaut d’avoir un support Ohmmètre…
Un chalumeau : pour oxyder le Mesh
Un briquet : pour chauffer et stabiliser le fil résistif

Bonne vape avec du reconstructible vous allez vous régaler c’est un plaisir ultime… Les Dandys